Côté… Déconnexion

C’est officiel depuis le 1er janvier : le droit à la déconnexion s’organise peu à peu dans les entreprises images-2de plus de 50 employés. Cette mesure, inscrite dans la loi Travail, oblige les entreprises concernées à négocier, avec les partenaires sociaux, la mise en place de dispositifs pour préserver la frontière entre le privé et le professionnel.

Aucun employeur ne peut désormais reprocher à un salarié de ne pas répondre à un mail ou un appel en dehors de ses heures de travail. Il s’agit en fait de réguler l’utilisation des outils numériques dans notre société où les nouvelles technologies occupent une place importante. Beaucoup de salariés continuent de prendre les appels de leurs clients et de leur chef, ou répondent aux courriels professionnels le soir, les weekends, voire pendant leurs congés. Ce qui n’est certes pas toujours évident quand les entreprises travaillent à l’international notamment.

N’empêche, l’épuisement qualifié de « professionnel »,  guette, à terme, ceux qui ne déconnectent jamais ou qui se sentent obligés de le rester. D’autant que certains se voient littéralement harcelés par leur hiérarchie. Ce phénomène, en forte hausse ces dernières années, conduit au fameux « burn-out« . Plus de 12% des actifs seraient ainsi touchés par cette maladie encore peu reconnue.

La loi reste encore floue quant aux modalités de mise en place et aux sanctions en cas de non application du droit à la déconnexion.

Quel que soit votre environnement professionnel, il est toujours nécessaire d’apprendre à « débrancher la machine », et de poser les limites… ne serait-ce que pour se rappeler qu’il existe une vie en dehors du travail. Une excellente résolution à prendre en ce mois de janvier, non ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *