Côté… Pentecôte

images-1

Avez-vous fait partie des heureuses et des heureux qui ne travaillaient pas en ce lundi de Pentecôte ?

Pour 3 Français sur 10, ce lundi 5 juin a été un lundi comme les tous les autres. Ni férié, ni chômé. À bosser comme un jour normal. Ou presque. La faute à un ancien Premier ministre, qui décida, suite à la canicule de 2003, d’imposer une  » journée de solidarité  » pour financer  » des actions en faveur de l’autonomie des personnes âgées et handicapées « . L’idée était d’obliger les salariés à travailler sans rémunération, les entreprises devant reverser 0,3% de leur masse salariale brute à la Caisse nationale de solidarité créée à l’occasion. Le lundi de Pentecôte,  traditionnellement férié et chômé depuis Napoléon Bonaparte, fut ainsi choisi parmi les nombreux jours du mois de mai….Inutile de préciser que l’application de ce moment de solidarité s’est révélée très aléatoire selon les entreprises !

Depuis, le lundi suivant le dimanche de Pentecôte est redevenu férié mais le principe de journée de solidarité n’en n’est pas délaissé pour autant. C’est l’employeur qui décide, par accord d’entreprise, entre plusieurs options : soit supprimer un jour de RTT, soit faire travailler les employés un autre jour férié, à l’exception du 1er mai seul férié et chômé de l’année, soit demander aux salariés d’effectuer sept heures supplémentaires, non rémunérées et fractionnées sur l’année. À noter que cette disposition concerne également les temps partiels.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *